Autodidacte, Jacqueline ne veut pas être qualifiée d’artiste, elle refuse ce titre, elle dit d’elle-même : « je fais des choses ». Lorsque Pistolletto, fondateur du mouvement Art Povera, présentait ses œuvres à la célèbre galeriste américaine Mme Sonnabend, celle-ci lui répondit : « mais ceci n’est pas de l’Art ! » (le monde, 24 août 2008). Ainsi l’on peut se tromper et il est bien difficile de définir ce qu’est l’Art.


Nous avons eu Jacqueline et moi, pendant toutes les années de notre amitié, beaucoup d’entretiens sur l’Art, sur la littérature et j’ai pu apprécier son jugement subtil et ses connaissances. Avec une grande curiosité, elle observe, cherche jusqu’au fond des réponses à ses questions, et se laisse surprendre jusqu’à l’enthousiasme par l’essence des choses. Rien n’échappe à son attention. Elle découvre des objets, des matériaux abandonnés et sans fonction, comme par exemple des rouleaux de papier, des bandes magnétiques, des morceaux de bois que nous jetons, devenus inutiles et qui, grâce à ses mains et sa fantaisie, trouvent une nouvelle vie.


Jacqueline est une « faiseuse », une grande timide qui malgré tout ose, sans l’appui d’une galerie ou d’amis critiques d’Art, montrer ses œuvres. De la  volonté et du courage, elle en a, mais aussi une grande liberté intérieure.


Elle a soif de créer, ne connaît pas de limites lors de la création, elle essaye, réfléchit et trouve des solutions. Elle ne se soucie pas de savoir si ses objets plairont au public. Seul le processus de création l’intéresse. Elle a le courage de nager contre le courant. Et savez-vous où l’on arrive lorsque  l’on nage contre le courant ? A la source ! et ces caractéristiques sont tout simplement celles de l’artiste.


Jacqueline la timide est aussi une provocatrice, souvent elle se rend et nous rend la vie impossible. Mais cela est si important dans une société conformiste !


Ses objets font plaisir. Leur potentiel naît de l’équilibre entre la lourdeur et la légèreté, ils unissent l’humour et la joie, venus du cœur, sans un soupçon d’intellectualité déplacée.

 

 

Retour à l'accueil